Aumenta dimensione fontDiminuisci dimensione font

Les Chants du moi de mai

 

La tradition de la fête du Travail, le premier mai, est très ressentie sur le territoire des collines métallifères. Cette fête est issue de la tradition des anciennes fêtes qui, autrefois, célébraient l’arrivée du printemps dans les campagnes, celle-ci a conservé son charme encore aujourd’hui.
La nuit du 30 avril  se déroule en effet à travers les chansons et les collations de ferme en ferme, en attendant l’aube du jour de fête. Les Protagonistes de ce rite appelé “Le maggiolate” (fêtes du mois de mai) sont les Maggerini et leurs stornelli (poésies improvisées).

Les Maggerini sont organisées sous forme d’équipes, formées d’un poète, un alberaio (porte l’emblème du mois de mai), un corbellaio (porte une corbeille en osier ornée de fleurs et contenant les dons reçus par les familles), un accordéoniste et au moins quatre maggerini.

Le poète est celui qui possède l’art de l’improvisation en huitième rime, c’est donc le chef  incontesté de l’expédition, tandis que  l’alberaio porte avec lui le laurier orné pour la fête, symbole de l’abondance et de bonne augure pour la prochaine récolte.

Les maggerini passent de ferme en ferme, en annonçant l’arrivée du printemps de manière joyeuse.  

En retour, ils demandent un minimum d’aide pour autant d’efforts, comme par exemple un peu de bon vin, du fromage, des œufs ou, si vraiment il n’y a rien dans le garde-manger, une petite contribution en argent. Le porteur de corbeille a la mission de remplir le panier, c’est-à-dire le panier en osier qu’il porte avec lui, sans compter les gentilles offres qu’il a reçues.

Après une telle nuit, on ne peut certes pas s’arrêter, donc, après avoir porté leurs chants dans les campagnes le jour du 1er mai, les maggerini s’arrêtent pour faire la fête dans les places et dans les rues des bourgades.